Convention chômage : répercussions pour les allocataires

Les Salariés quittant leur entreprise suite à une rupture conventionnelle ou un licenciement autre qu'économique devront attendre jusqu'à 180 jours (au lieu de 75 auparavant), pour percevoir leur allocation chômage. La formule de calcul de ce délai appelé «différé» est également modifiée.

Le taux de remplacement minimal (rapport entre l'allocation et l'ancien salaire) passe de 57,4 % à 57 %. Par ailleurs, l'indemnisation totale ne pourra plus dépasser 75 % de l'ancien salaire.

Les «droits rechargeables», assureront au chômeur le maintien de ses  droits à allocation en cas de  reprise d'emploi. 
Une des conditions : avoir travaillé au moins 150 heures sur l’ensemble de sa période d’indemnisation. Ces 150 heures peuvent être effectuées en plusieurs périodes d’emploi, quelle que soit la durée de ces emplois (y compris des emplois de quelques jours) et le type de contrat de travail (CDI, CDD, intérim). Pour que Pôle Emploi ait le temps de « s'y préparer », cette mesure  n’entrera en vigueur que le 1er octobre 2014.

Télécharger la convention relative à l'indemnisation du chômage